IL ÉTAIT UNE FOIS… LE JEU DE LA DAME

Qui aurait cru qu’une série sur les échecs allait autant déchaîner les passions? Sorti le 23 octobre sur Netflix, “Le Jeu de La Dame”, a crée la surprise en explosant les scores d’audience… et de vente de jeu d’échecs !

Adaptée du roman fiction de Walter Davis publié en 1983, la mini-série raconte l’histoire de Beth Harmon, jeune américaine devenue orpheline suite au suicide de sa mère. A l’orphelinat, la jeune fille va alors se découvrir deux passions / addictions: les échecs, dont elle apprend les rudiments au contact de Mr Shaibel, concierge de l’établissement un peu bourru, et les pilules tranquillisantes, administrées à l’ensemble des jeunes pensionnaires.

Démarre alors le récit d’un destin hors du commun : le parcours d’une jeune orpheline un peu renfrognée devenue, au fil des années, une prodige des échecs. Un talent inattendu et incroyable qui la propulsera sur les championnats les plus prestigieux de la discipline, monopolisant ainsi les trophées les plus convoités de la planète.

C’est alors avec surprise et admiration que le spectateur se prend au jeu de ces parties de maîtres et se fascine pour ces batailles d’esprit et de stratégie où valsent Rois, Tours et Cavaliers… et ce, même s’il est totalement novice en la matière. C’est d’ailleurs précisément sur ce point que réside toute la prouesse de la série. 

Dans des décors et des scènes de championnat d’une précision redoutable, les créateurs de la série Scott Frank et Allan Scott parviennent en effet à transformer une partie d’échecs, d’apparence peu cinématographique, en véritable épisode romanesque. La discipline nous apparaît même séduisante et haletante à l’écran ! Un exercice de haute-voltige pour ses réalisateurs.

Il faut dire que la fantastique Anya Taylor-Joy (déjà aperçue dans Peaky Blinders) nous livre une interprétation magistrale du rôle-titre. Aussi sombre que lumineuse, aussi battante que désespérée, le personnage de Beth dessine ainsi avec justesse les contours d’un personnage tourmenté, déchiré entre une intelligence inestimable et une addiction à l’alcool et aux pilules vertes. La malédiction du génie incompris…

Vaste et fascinant sujet qui explique certainement le succès retentissant et inattendu du programme. Les 7 épisodes de la mini-série sont actuellement disponibles sur Netflix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star