[SPECTACLE MUSICAL]: JACK L’EVENTREUR AU THÉATRE TRÉVISE

JackLEventreur-TheatreTrévise

Porté à l’écran en 2002 dans le film From Hell avec Johnny Depp, la  célèbre légende du Ripper de Whitechapel a fait l’objet de nombreuses adaptations! Il faut dire que l’histoire macabre et mystérieuse de Jack l’Eventreur fascine autant qu’elle intrigue. Restée pour l’heure inconnue, l’identité du tueur en série reste et restera à jamais une énigme pour l’histoire.

Cependant, dans cette version “comédie musicale”  imaginée par Guillaume Bouchède et Jean Franco, le mystérieux meurtrier – bien qu’au coeur de l’intrigue – est finalement peu présent sur scène. Une mise en scène créative et audacieuse signée Samuel Sené qui permet ainsi d’aborder ce récit macabre sous un nouveau prisme.

La lumière est ici principalement portée sur les victimes et leur sombre quotidien, partagé entre la prostitution et l’ivresse comme seule exutoire à la détresse ambiante.

Dans le bistrot de Bonnie, filles de joies et miséreux s’attablent ainsi autour d’un verre pour noyer leur souffrance et pester contre la couronne qui semble les avoir abandonné. Démarre alors un premier tableau musical aux allures de cabaret londonien. Sur la partition de Michel Frantz, costumes d’époque et chorégraphies minimalistes s’entrechoquent dans un décor simple mais fidèle aux couleurs sombres et sanglantes de l’histoire.

En effet, ne vous attendez à un spectacle à gros budget, une grosse machine comme on dit dans le jargon, comme il en existe beaucoup dans l’industrie des comédies musicales. Ici, pas de décor pharaonique ni de ballets de danseurs à en faire tourner la tête. Juste la virtuosité des onze chanteurs /comédiens qui occupent la scène avec une aisance indiscutable. Du talent à l’état brut, sans artifices ni fioritures.

Il y a d’abord Sandrine Seubille, dans le rôle de Bonnie, tenancière du bar, qui séduit par sa gouaille et son franc-parler. Il faut dire que la comédienne n’en est pas à son premier essai au théâtre (Les Misérables, Un Violon sur Le Toit)… et ça se voit!

On y retrouve aussi Laura Bensimon (Annie), Juliette Behar (Ginger), Marion Cabor (Emma), Madline Marbaix (Liz), Rachel Pignot (Polly) et Angélique Rivoux (Kate), qui chacune à sa façon, délivre une performance remarquable dans son costume de prostitué. Victimes des crimes effroyables et sanguinaires de Jack l’Eventreur, leur âme prend d’ailleurs possession du théâtre, à travers des apartés ingénieux (projections sur les corps pour suggérer les mutilations), qui fait toute la singularité de la pièce.

A cette funeste affaire s’ajoute bien entendu un duo d’enquêteurs, cherchant à tout à prix un coupable pour éviter que la terreur n’envahisse le pays tout entier. Impeccablement interprété par Jean-Baptiste Darosey (Abberline) et Julie Costanza (Morty), ce binôme franchement cocasse, pimente la pièce de dialogues comiques, de quoi détendre un peu l’atmosphère.

N’oublions pas non plus la présence d’un personnage inédit, Thomas (campé par Alexandre Jérôme), qui ajoute à l’histoire son lot d’émotions et de mystère !

Si vous avez envie de frissonner devant un bon spectacle, rendez-vous donc jusqu’au 10 avril au Théâtre Trévise pour revivre cette enquête des plus romanesques.

Jack L’Eventreur – Jusqu’au 10 avril 2018 au Théâtre Trévise

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s