[LONG MÉTRAGE]: 120 BATTEMENTS PAR MINUTE DE ROBIN CAMPILLO

120 battements par minute

Distingué à Cannes en mai dernier, 120 Battements Par Minute retrace avec ardeur et justesse les combats d’Act Up, en pleine montée du Sida dans les années 1990.

Dès la première séquence, installés dans un morne amphi-théâtre éclairé au néon, l’impétuosité des personnages fait d’emblée palpiter le coeur des spectateurs.

Il y a d’abord Thibault (Antoine Reinartz), leader du mouvement, orateur incontestable qui tente tant bien que mal d’apaiser son assemblée bien trop révoltée. On y croise aussi Sophie (Adèle Haenel), fervente militante au caractère volcanique qui ne manque pas de recadrer ses acolytes après des actions jugées trop violentes. Et puis, il y a Sean (le brillant Nahuel Pérez Biscayart), séropositif androgyne, de plus en plus fragilisé par la maladie. Il tombe rapidement amoureux de Nathan, nouveau membre de l’association, avec qui il partagera des moments aussi tragiques que passionnels.

Dans cet amphi-théâtre assourdissant, la caméra de Robin Campillo enregistre ainsi la colère et la fureur de vivre de ces individus, pour la plupart condamnés mais bien décidés à faire bouger les lignes ! Des débats houleux,  des répliques incisives mais avant tout des affrontements sur les actions à mener, en ce temps où l’on meurt du sida dans l’indifférence la plus totale!

Car le combat d’Act Up est bien là : limiter la contagion par la transmission du savoir, par une prise de conscience collective! Lycées, pouvoirs publics et laboratoires sont ainsi pris pour cible de cette lutte vivifiante. Avec ses actions spectaculaires (poches de faux sang lancées sur les façades), Act Up a marqué toute une génération! Une génération animée par une rage de vivre et d’aimer que le réalisateur dépeint avec brio!

Refusant ainsi de renoncer au plaisir, les corps des personnages de Campillo s’abandonnent sur les beats électro d’Arnaud Rebotini – qui signe une fois encore une bande originale magistrale ! Des soirées de fête et de jouissance aux parfums amers, baignées de désespoir.

Cependant, 120 Battements Par Minute est bien loin d’être un film lacrymal. Par son humour souvent grinçant, ses scènes passionnelles et ses silences bien dosés, ce long métrage documenté brille en effet par sa justesse et son réalisme! A voir de toute urgence!

120 Battements par Minute – En salle depuis le 23 août

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s